Partagez | 
 

 Weird Coffe [Zadig and Mamoru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mamoru Kosame
avatar
jetons : 59
feat. : Nanase Haruka - Free!
pouvoir : Contrôle de vent
crédit : Moi-même

employé(e) de grimm house
employé(e) de grimm house

Weird Coffe [Zadig and Mamoru] rédigé Dim 3 Mai - 17:28


Tu passais ton temps comme tu pouvais, Mamoru. Tu sais que tu as arrêté de fumer, la tentation est là. Tu veux plus respirer cet air empli de parfum infect. Tu grimaces un peu avant de reprendre rapidement une moue neutre. Celle qui toujours ton visage. Tu ne souris plus. Tu le faisais avant pour lui. Pour cet homme, celui contre qui tu étais en colère. Plus que tout autre chose. Il alimentait ta haine de ses souvenirs qui aurait du te mettre un baume au cœur, il n'en rien. Tu saisissais la poignée de ta malette, le regard presque vide. Tu savais que tu devais aller à ce bar, pourquoi ? Pour tester leur fameux café et bien entendu faire ton emmerdeur de première catégorie en écrivant sûrement que le jus de chaussette avait meilleur goût que ce fichu café bas de gamme. Toi qui préférai le thé, te voilà abonné à la caféine amère qui te dégoûte. Tu la bois pour te sentir comme eux. Tu ne l'est absolument pas. Tu vois comme il te regarde, tes yeux sont que légèrement bridés portant. Déjà ça, on te voit comme quelqu'un de pas normal. C'était sans compter sur ton penchant pour les hommes. Tu n'est pas dans la bonne époque, mais tu t'en fiche, tu restera le vil personnage qui ne se voit pas dans la vie de tout les jours. Personne ne soupçonnait ta façon d'être, tu était sans doute un bon critique pour ton absence de charisme en dehors de tes visages que tu lançait aux gens sans t'en rendre compte. Tes pas te conduisent à cet endroit, une légère musique se fait entendre. Tu la hais, cette musique n'est pas à la hauteur de tes oreille. Tu serre les dents et tu t'en va vers ce lieu qui t'est pour le moment inconnu. Tu t'assieds. Malgré l'endroit, tu sais que tu y trouvera encore des gens qui vois ta différence. Tu les observe avec ton visage neutre, ils s'en vont. Tu en avais rien à faire ce qui allait arriver. Tu sortais de ta poche un stylo plume et un bloc de feuilles. Tu regarde si l'encre n'as coulé, tu déteste les tâches. Tu les bannis de ton quotidien. Tu juges pas avec les couleurs, sauf quand tu passais dans un musé ou autre chose du genre. Tu note rapidement sur un morceau de papier l'ébauche de ta critique qui s'annonçait sanglante avant de prendre ton manuscrit. En quête d'un mieux, tu le relisais pour la dixième fois. Tu voyais bien que le criminel laissait trop d'indices à la police. Tu voulais que la course dure un peu, mais tu savais que ce changement pouvait lasser tes futurs les lecteurs. Tu lâche un léger soupir, tu vois des plats, tous américains. Comme tu les aimais, pourtant un poisson te tentait bien. Tu reste près de tes racines, malgré ton rejet presque total de ces dernières. Tu avais envie de quelque chose qui trouve grâce à on palais. Tout ici avait un goût étrange, tu aimais ou pas. Tu restais silencieux, mais tu écrivais avec rage ce que tu détestais. Tu prenais ton stylo à plume et raturais avec délicatesse une phrase, remplaçant par ne autre plus adaptée. Tu étais presque fier de ton futur roman ? Tu le confierai à un autre critique avant de le passer à l'éditeur. L'avis d'un collègue serrait vraiment idéal. Si tu osais demander. Difficile de croire que le plus haineux des critique soit le plus grand des timides.
Revenir en haut Aller en bas
Zadig O'Brian
avatar
seize the day
jetons : 26
feat. : raphael saadiq
jukebox : What's going on, Marvin Gaye
employé(e) de turner studios
employé(e) de turner studios

Re: Weird Coffe [Zadig and Mamoru] rédigé Lun 4 Mai - 20:14



Zadig était venu à Winchester pour voir son vieil ami guitariste. C'était lui qui l'accompagnait à ses débuts à Las Vegas. Un brave type, quelqu'un d'honnête et de très doué. Dommage qu'il avait décidé d'arrêter la musique pour mieux gagner sa vie. Mais c'était son choix, et pour avoir vécu cette période, le Soul Man le comprenait parfaitement.
Prenant le temps dans la ville rattaché à Vegas, Zadig en profita pour se rendre à l'entrée du Kashmir Restaurant. C'était un endroit reconnu dans toute la ville. Et dont les prix défient toute concurrence. Beaucoup de monde s'y trouve, tout les jours, à n'importe quelle heure. Seul, l'homme entra en espérant pouvoir manger un petit quelque chose pour combler son appétit du midi. Puis après il devra repartir voir ses musiciens pour répéter la représentation du soir. Que de choses à faire, comme toujours. « Auriez-vous une table de libre ? » Le serveur le regardait de la tête au pied, et tout en soupirant, Zadig montra sa carte des studios Turner, ainsi que sa carte de chanteur. Habituellement, les noirs sont interdits d'entrer dans des endroits exclusivement réservés aux blancs. Mais ça ne suffisait pas, l'homme expliqua que plus aucune table étaient libres. Mais Zadig n'arrivait pas à le croire, son regard le trahissait et encore plus la table du fond de vide. Tant-pis, il allait faire demi-tour.
Mais en observant la grande salle, il remarqua une tête asiatique qui se démarquait du décor très américain blanc. C'était Kosame. Les japonais préfèrent qu'on les nommes par leurs noms de famille. Zadig se pressa de le rejoindre, expliquant que son ami l'avait invité à sa table. Mensonge bien sûr. Mais ça suffisait pour que ce blanc le laisse tranquille.
Arrivant face à l'homme seul, le Soul Man attrapa son paquet de cigarette et l'ouvrit.
▬ « Oh non, je savais que j'avais oublié quelque chose. » Vide. Totalement. Souriant à son ami qui était toujours d'une humeur à faire pleurer, il s'installa sur la chaise en face de lui. « Excuse moi, c'était le seul moyen d'entrer ici. Ils allaient me jeter dehors sinon. Comment tu as fait ? » Sa voix était chaleureuse, très amical. Même si son ami parlait très peu, il l'appréciait. C'était un collègue de Jean, un auteur et un grand critique. Il tombait très bien. Zadig se frottait déjà les mains, prêt à se remplir le bidon. Quel plaisir de manger dans un endroit pareil, avec tout ce monde. Les deux se démarquaient bien tout de même.

▬ « Je t'offre le repas. Tu aurais une cigarette pour moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mamoru Kosame
avatar
jetons : 59
feat. : Nanase Haruka - Free!
pouvoir : Contrôle de vent
crédit : Moi-même

employé(e) de grimm house
employé(e) de grimm house

Re: Weird Coffe [Zadig and Mamoru] rédigé Mar 5 Mai - 9:48


Ta participation au journal de la ville t'avais donné les entrées pour ce lieu. Il espérait tellement de bon échos, comme ils se trompaient. Comme si tu allais dire quelque chose de positif, c'était comme si on demandait à un sourd d'entendre. Tu savais que ces lieux ne voulais pas de toi. Tu voyais leur regard. Mais tu continuais ton travail, on ne pouvait pas te reprocher ton manque de professionnalisme. Tu sais que la suite se trouverai plus compliqué. Tu savais que n'aurai pas le meilleurs, tout ça car on pouvait voir sur ton visage, l'asie qui faisait partie de ta vie. Elle n'était toujours des plus voyante. Mais les gens d'ici était vraiment sur les détails. Puis une personne semblait se mettre à sa table, un noir, il n'avait rien contre eux et tant qu'il n'était pas bruyant, il accepterai sa présence. Mais il faisait du bruit, cherchant frénétiquement quelque chose. Tu ne levas que ton visage quand il te demandait comment tu avais fait. Tu ne souriais pas. Tu donnais une note griffonné à la va vite par ton supérieur. Son invitation au repas était inutile.

« Réservation, on ne pouvait pas me refuser, payée à l'avance. Monsieur O'brian. »

C'était aussi simple que ça. Tu sortais une cigarette, ton visage reste neutre, tu sais que tu faisais tout pour arrêter. Tu fumais encore un peu. Juste celle du soir et celle des repas avec celle avant de dormir. Tu ne pouvais pas fermer les yeux sans cette sensation que te laissait ce bâton de nicotine à ton organisme, celle qui coupait tout souffle. C'était ta faon de vivre, toujours à court de souffle. Tu ne souhaitait pas mourir, tu ne ferai pas ce plaisir. Tu te sentais mieux avec ton souffle coupé, avec cette pression sur tes épaules, assez pour que tu y pense plus à autre chose. Tes pensées que tu hais. Tu les écris, fatalement, chaque auteur mettait de lui dans son écris, pourtant ton héros est blanc. Tu savais que ça vendrait plus si ton sale type était aussi blanc que le reste de la population majoritaire. Tu savais que ce lieu était connu pour ces plats. Tu n'avais aucune hâte de goûter ces derniers, tu y était pourtant bien obligé, Mamoru. Tes yeux bleus te donnait un air plus européen. Tu avais toujours tes yeux de cette couleurs. Devinant ton métissage. Tu étais déjà trop particulier pour eux. Tu en avais rien faire. Tu étais comme ça depuis tout petit. Tu savais que l'odeur de la cigarette te donnerai envie à ton tour, donc tu en prenais une de tes doigts fins. Tu la portais à tes lèvres. Tu sentais les regards sur toi. Tu te retournais en les fusillant du regard. Ils retournaient à leur repas. Tu lâches un soupir las.

« Toujours à voir notre peau différente, rêve américain... Ouais, plutôt autre chose. Pas besoin de t'excuser, tu es toujours le bienvenu, contrairement aux autres parasites. »

Tes mots sont durs et froids, on pouvait remarquer que ta verve était présente, mais moins forte que tes écrits. Tu reprenais ton carnet et tu écrivais furieusement des mots blessants sur l'établissement. Tu savais bien que ce n'était pas le seul établissement à refuser les étrangers. Les américains n'étaient-ils pas dans le fond des étrangers à ses terres ? Tu le savais, tu l'écrivais, en appuyant tes propos avec l'histoire. Tu décrivais le rejet ridicule. Tu en faisait des tonnes. Comme toujours quand il s'agissait de faire le mal. Histoire de bien enfoncer le propriétaire des lieux. Tu rangeais ton stylo. Tu faisais signe au serveur, il ne venait pas. Tu serrai le poing. Tu te laisserai pas faire. Tu parlais peu, mais tu pouvais crier fort.

« Puis-je être servi ? Ainsi que mon camarade. C'est votre devoir de servir les clients, alors au lieu de faire des courbettes aux autres, servez-nous. Je ne partirai pas de ces lieux sans avoir eu ce que je désirai. Je pense que c'est gênant pour vous. »

Tes mots ne sont pas à l'image que ceux que tu as écris, à côté, ceux qui sont sorti de ta bouche sont doux. Presque trop. Tu n'es plus un homme tendre. Tu n'es qu'amertume, Mamoru. Tu tiendra parole, tu es un homme dont les mots ne sont pas dénués de sens.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Weird Coffe [Zadig and Mamoru] rédigé


Revenir en haut Aller en bas
 

Weird Coffe [Zadig and Mamoru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mamoru-kun ha norowarete shimatta! (Naomi)
» ZADIG → he's a goddamn HOT MESS !
» Inazuma eleven 1,2,3: Legend of Endou mamoru
» ZADIG THE JASP fait sa pub.
» Zadig L. Lockhart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble & Decadence  :: Kashmir Restaurant-