Partagez | 
 

 Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Käthe R. Falkenrath
avatar
jetons : 74
feat. : Mileena | Mortal Kombat
AUTRES COMPTES : Aucun
pouvoir : Mutation de la mâchoire
jukebox : The First Hunter - Bloodborne
crédit : Pitchounette

membre d'atlas
membre d'atlas

Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Lun 25 Mai - 7:57



    « What the fuck are you looking at ?! »
    vf:
     

    Même plus le droit de manger en paix nulle part. Ce soir, j’avais vraiment envie de sortir manger quelque part. J’étais écœurée de rester à l’intérieur de chez moi, à ne rien foutre et à manger de la nourriture simple et rapidement faite. Non, ce soir, j’avais le goût de me payer quelque chose d’un peu plus cher, mais meilleur. Je savais que je me ferais fixer. Je savais que je me ferais regarder tout le temps. J’veux dire, c’est pas tous les jours qu’on voit quelqu’un avec une belle bouche comme la mienne. Les autres, en tout cas. Moi je la vois tout le temps. Bref, j’avais trouvé ce beau petit cabaret qui semblait bien accueillant et j’étais entrée. Puis, j’avais enlevé mon foulard à l’intérieur, un fois assise.

    Ça n’avait pas pris de temps avant que je vois les autres clients du cabaret murmurer. Je peux être un peu paranoïaque, je le sais, surtout depuis ma chirurgie buccale, donc j’ai laissé faire pour le début. J’ai commandé ma bouffe, puis j’ai remarqué des regards. Ça avait commencé. Des gens qui se pensaient subtils en me jetant des regards de temps en temps. Je m’étais allumée une cigarette et j’avais attendu mon souper. Et pendant ce temps –là, j’essayais d’ignorer les regards des autres. C’était dur. Très dur, pour moi, de ne rien leur dire. J’avais le goût de leur arracher la face, mais je me contrôlais. Je m’étais dit que ce soir allait être une soirée sans soucis, sans évènement. J’avais juste envie de manger tranquillement mon souper et de m’en aller après. Retourner chez moi. Fumer, lire, n’importe quoi qui me tentait.

    Mais non. Il fallait que tout le monde me fixe. Bah, pas tout le monde, mais ça me faisait sentir comme ça. Heureusement, ma nourriture était arrivée assez rapidement. Le service était bon ici, quand même. L’ambiance était bonne. C’était un bel endroit. C’est ce que j’essayais de me dire tandis que le gARS JUSTE À CÔTÉ DE MOI ME FIXAIT SANS ARRÊT. Je commençais à vraiment perdre patience. Mais vraiment la perdre. Je regarde l’homme qui me fixe. Il arrête. Bon. J’espérais qu’il avait compris.
    Je commence à manger. Une bonne côtelette de porc. Avec des légumes. J’en bavais presque juste en regardant mon assiette. J’ai pris une bouchée, mais quelque chose m’énervait. Quelque chose du coin de l’œil. Une personne. Qui me. Fixait. Encore. La même. PERSONNE.

    C’est là que j’ai pété les plombs.


    « I will fucking EAT YOUR FACE if you don’t stop RIGHT NOW. »
    vf:
     

    J’attirais toute l’attention du cabaret sur moi. Yay. J’ai le don de faire ça, ces temps-ci. Bref, je pense que je commençais vraiment à lui faire peur, avec la face qu’il faisait. En le menaçant, je m’étais rapidement levée de ma chaise, les poings serrés et j’étais prête à lui enfoncer sa propre assiette dans le fond de sa gorge. J’allais le faire. J’allais vraiment le tuer. Je commençais à voir rouge et les envies de meurtres étaient bien claires dans ma tête.

    Moi qui voulais juste apprécier un soirée dans un restaurant ou quelque chose du genre. Ça allait finir en meurtre. Erh. Pas mon problème.


Revenir en haut Aller en bas
W. Anya Reznikova
avatar
You can run, but you can't hide.
jetons : 379
feat. : Red - Transitor
pouvoir : Mind Walk
modératrice - membre d'hélios
modératrice - membre d'hélios

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Mar 26 Mai - 7:05




Immaterial massage, pizzicato of the cortex.
Vraisemblablement, il semblait impossible d'avoir une seule soirée normale au sein de l'Amaranthine, depuis ces dernières semaines. Si on ne parlait pas d'une explosion, d'une meurtrière ou bien d'une jeune femme capable de détraquer le pouvoir d'une personne, il devait évidemment y avoir autre chose. Partout, des évènements se produisent, rendent son long séjour à l'autre bout de l'océan des plus intéressants. Mais, cette fois, elle n'aurait clairement pas pu s'attendre à ça.

C'était une soirée qui avait commencé comme les autres. Dans une élégante robe dans les teintes de champagne, elle fait un contraste marqué entre le cabaret qui s'orne de couleurs violettes et amarante, ses talons claquant sur le plancher dans un rythme constant. Dans son esprit rôdait encore les souvenirs de mercredi dernier, où, d'une manière totalement involontaire, elle avait embarrassé une de ses collègues de travail, qui avait eu la nette impression qu'elle lui faisait des avances.

Wednesday n'avait pas revu Jane depuis cet incident. Probablement la rousse l'évitait-elle, et avec raison : son compliment, aussi chaste se voulait-il, l'avait chamboulé au plus haut point. La chanteuse estimait qu'elle ne reverrait pas Jane pendant encore quelques jours, voire quelques semaines, avant que celle-ci ne se remette du choc.

C'était déplorable, vraiment, surtout considérant qu'elle n'avait eu aucune intention de la faire sentir ainsi. Il fallait vivre avec, cependant. Elle serait plus vigilante à l'avenir.

Une soirée comme les autres, donc. Ce soir, sur la scène, on pouvait voir un jeune homme talentueux, accompagné de quelques musiciens, chanter des chansons populaires d'Elvis, sans pour autant lui rendre hommage. Il leur donnait tout de même une touche un peu différente, ce qui n'était pas nécessairement mauvais, mais qui manquait tout de même de la signature du chanteur populaire.

Ses employés et les clients, cependant, semblaient apprécier. C'est tout ce qui comptait, après tout.

C'est lorsqu'une dame fit son entrée dans le cabaret, une entrée fortement remarquée, faisant tourner les têtes et les esprits de ses clients, que la donne changea drastiquement. Oh, il n'y avait rien de mal à se faire remarquer, habituellement : ça pouvait, même, parfois, être assez flatteur.

Cependant, la personne qui avait fait son entrée n'avait pas une apparence bénigne, et c'était peu dire que de la considérer ainsi. Elle put sentir la douce terreur de certains clients, les murmures compte-tenu de l'hydre et le dégoût pour certains. C'est seulement quand son propre regard capta celui de la jeune femme un bref instant, puis sa mâchoire, qu'elle se vit elle-même se stopper un instant pour bien comprendre ce qu'elle avait sous les yeux.

Ce qui l'intéressa, cependant, encore plus que cette mutation sortant de l'ordinaire, la considération même de ce qui était appelé "monstre" dans un temps plus lointain, c'étaient les pensées de cette pauvre jeune femme qui voulait simplement manger en paix.

Certes, elle n'avait pas choisi le meilleur endroit pour vaquer à ses occupations normalement. La haute-société en est une de préjugés, et l'Amaranthine faisait partie des cabarets les plus chics de Vegas, bien qu'il soit éloigné de son centre, ce qui faisait sa fierté.

Les minutes passaient, comme interminables, alors qu'elle vaquait à ses occupations, allait converser avec certains clients, tous lançant des regards à la dérobée à l'énergumène qui était dans son commerce.

Anya ne pouvait s'empêcher de jeter des regards indiscrets en sa direction, s'intéressant à ses pensées, celles-ci n'étant clairement pas roses.

La femme avait une rage montante, une bombe à retardement, et elle n'allait pas tarder à exploser.

Et exploser, elle le fit, à peine quelques secondes plus tard. Ses cris retentirent dans l'établissement au complet, en un écho terrifiant.

Les musiciens et le chanteur se stoppèrent soudainement. Le silence était tombé. Wednesday, assise, se fit violence pour ne pas exploser à son tour. Mais quelle sorte de comportement était-ce que cela?

Solennellement, elle s'était levée, s'avançant vers le duo inexplicablement étrange : l'homme était presque débarqué de sa chaise tellement il avait eu peur, son corps tanguant, assis, le plus loin possible de la femme qui venait de le menacer. Et quelle menace!

Maintenant à une distance acceptable, la dame lève le nez, les sourcils froncés, et commence :

▬ I will not tolerate such base behavior within this establishment. ▬ Je ne tolérerai aucunement un comportement aussi grossier entre mes murs.

Sa voix est autoritaire, toute autant que sa posture. Elle est petite, certes, mais ça ne changera aucunement qu'elle est la propriétaire de l'Amaranthine, que les clients les plus réguliers le savent, et qu'elle est visiblement frustrée. Elle se retourne vers l'homme et son dégoût flagrant envers l'Allemande.

▬ Mister, I will ask you to leave if you will not leave this poor girl alone. Haven't anyone told you how rude it is to stare at someone like you did? ▬ Monsieur, je vous demanderai de sortir si vous nelaissez pas cette pauvre dame tranquille. Ne vous a-t-on jamais dit que de dévisager comme vous le faites était impoli?

Et la voilà qui se retourne, sa robe suivant le mouvement de son corps, décrivant un cercle élégant avant de retomber mollement contre ses formes.

▬ As for you, death threats are far to be tolerated within the Amaranthine. That said – I believe you had your reasons. ▬ Quant à vous, les menaces de mort sont loin d'être tolérées à l'Amaranthine. Ceci dit – je crois que vous aviez vos raisons.

Son regard se retourne, accusateur, sur l'homme, puis survole la salle. Il y a quelque-chose, un sentiment de plénitude, de fierté et d'orgueil qui envahit Wednesday alors qu'elle voit les regards se détourner de la scène. L'homme semble particulièrement embarrassé par son comportement et se fond en milles excuses, toutes aussi pitoyables les unes que les autres. Elle lève un sourcil, se retournant ensuite vers les autres. Tous détournent leur regard du sien ou font bien en sorte de la regarder directement dans les yeux. Parfait.

Le problème, ou enfin, une partie du problème, venait de se régler. Maintenant, il fallait calmer la belle brune, qui, visiblement, avait été quelque peu ébranlée par son apparence soudaine.

Ébranlée était peu dire. Wednesday inspire, relevant la tête doucement, son regard dans celui de sa cliente.

▬ I am awfully sorry for the inconvenience, Miss. I had believed clients of the Amaranthine, given our prestige, would display better behaviour towards people. I was wrong, however. ▬ Je suis sincèrement désolée de l'inconvénient que pose la situation, Madame. J'aurais cru que les clients de l'Amaranthine, considérant notre prestige, auraient agi avec plus de classe. J'avais tort, cependant.



Revenir en haut Aller en bas
Käthe R. Falkenrath
avatar
jetons : 74
feat. : Mileena | Mortal Kombat
AUTRES COMPTES : Aucun
pouvoir : Mutation de la mâchoire
jukebox : The First Hunter - Bloodborne
crédit : Pitchounette

membre d'atlas
membre d'atlas

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Mer 27 Mai - 5:31


    J’allais lui sauter au cou, là, maintenant, tout de suite. J’allais lui arracher la jugulaire avec ma « mâchoire monstrueuse », avec mes dents. J’allais le faire. Mais à la seconde où j’allais bouger, quelqu’un s’avance vers moi et je peux le voir du coin de mon œil. Je vais me retourner et lui lancer mon assiette dans sa face à c—la voix féminine résonne dans mes oreilles et je me retourne, lentement, vers celle-ci. Je réalise alors que c’est le silence complet dans le cabaret. Que tout a arrêté. La musique, les conversations. Tous les yeux tournés sur moi… Non, sur la jeune femme aux cheveux rooouuuuuuoahwoah.

    Elle est beaucoup trop sexy cette fille-là. Woah. Okay. Et moi j’avais l’air d’une idiote extrêmement frustrée, comparée à elle. Mal habillée, en plus. Si j'avais voulu finir dans un lit avec quelqu'un ce soir, ça aurait probablement été elle. Une aventure d'un soir. Mais j'avais complètement manqué l'opportunité de faire ça, si j'en avais eu une. Avec ce que je venais de faire. Je m’en rends compte, là, même que je me sens rougir un peu. La rousse s’adresse à l’homme qui me fixait et j’ai envie de sourire, horriblement. Je ne m’attendais pas à ce quelqu’un prenne mon côté. J’étais presque certaine qu’elle allait me dire de me fermer la gueule (haha) ou quelque chose comme ça. Et euh, je sais pas c’est qui cette fille-là, mais elle doit être assez importante dans ce cabaret pour que tout le monde semble la respecter (même en avoir peur, presque). Est-ce qu’elle était dans une gang ? Pas dans Atlas, en tout cas.

    Puis elle se tourne vers moi pour me dire de me calmer. Carrément. Pas avec ces mots-là, non, mais ça revenait à ça. Me CALMER ? Me calmer. Oui. Ça serait une bonne idée. Je voulais simplement manger, ce soir. En paix. Sans avoir personne qui me FIXE comme un monstre de cirque. Je regarde l’homme, de haut puisque je suis debout et qu’il est assis. Je fais 5 pieds 3 pouces, c’est rare que je regarde les gens de haut, faut que j’en profite. Rapidement, je mords l’air devant moi, pendant qu’il me regardait, de manière agressive, puis je me rassois sur ma chaise, toujours un peu énervée, mais bon, c’était mieux qu’un meurtre. Je suppose.


    « Fine. »
    vf:
     

    Je réponds froidement à la belle jeune femme en regardant mon assiette. Ce n’était pas vraiment voulu, j’étais juste encore frustrée. Même si oui, je dois l’admettre, faut que je me calme. Faut que je me calme… Et puis je l’entends s’adresser à moi encore et je relève la tête, regardant ses formes et puis son visage. Elle s’excusait du comportement de ses clients. Hm. Donc elle devait être la patronne de la place ? Ça aurait du sens, vu la réaction de… Tout le monde, en fait. Je regarde autour, un peu, encore une fois, puis mes yeux reviennent à elle.

    « Don’t worry, I’m used to it. »
    vf:
     

    Ark je sonne comme une victime. C’était vrai, par contre, « monstre », « hideuse », « ignoble », c’était tous des choses qu’on m’avait souvent dites depuis que j’avais pris ma première et dernière dose d’Hydre. J’étais habituée, mais en même temps, ça m’énervait toujours. Ça dépendait des jours, je pense, en fait. C’était probablement ça. Aujourd’hui, ça ne me tentait pas de me faire chier avec ça. Par contre, quand j’ai montré mon visage à l’autre jeune homme de l’autre soir…

    Je ne peux m’empêcher de faire un sourire, tandis que je retourne à mon assiette, prenant une autre bouchée de ma côtelette de porc.


Revenir en haut Aller en bas
W. Anya Reznikova
avatar
You can run, but you can't hide.
jetons : 379
feat. : Red - Transitor
pouvoir : Mind Walk
modératrice - membre d'hélios
modératrice - membre d'hélios

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Jeu 28 Mai - 5:48




Immaterial massage, pizzicato of the cortex.
Surprenant, certes, de se voir contrainte d'entrer dans l'esprit de quelqu'un seulement pour y découvrir des pensées loin d'être chastes. Lesdites pensées avaient pu être évidentes par la dilatation de ses paupières, cependant : un intérêt soudain se démontrait dans son regard étrangement félin.

Anya prend une fraction de seconde pour l'observer, elle et ses vêtements, elle et sa posture, avant qu'elle ne s'asseye de nouveau. Ses vêtements témoignent de sa classe sociale, au premier regard, mais pas simplement ceux-ci. Elle le voit aussi dans ses manières, dans les expressions utilisées. Un fort accent allemand est venu teinter ses mots, ce qui lui semblait fort particulier. Elles seraient donc deux étrangères parmi un peuple qui les détestait toutes deux. Intéressant. Ses yeux se concentrent par la suite sur son visage.

Étrange mutation qu'était celle-ci, et une mutation qui ne lui semblait aucunement commode, surtout pour le métier dans lequel elle était. Si elle avait été contrainte de se retrouver avec une telle gueule, une telle dentition et de tels yeux, probablement aurait-elle eu beaucoup de mal à continuer dans la ligne d'espionnage. Si se fondre dans la masse avait toujours été une de ses grandes spécialités avec l'observation, une telle transformation lui aurait hautement nui.

La jeune femme semblait bien décidée à se calmer, ce qui fut une surprise de plus qui s'ajoutait à l'agenda de Wednesday, qui aurait cru utiliser plus de force afin qu'elle soit moins agitée. Elle n'avait, par contre, aucunement pris en compte la variable "séduction" en compte, bien qu'elle n'avait rien fait, à priori, pour que celle-ci se déclenche.

Dans une autre situation, la chose aurait pu être extrêmement gênante. Dans celle-ci, cependant, elle lui venait hautement en aide. Pour s'assurer, cependant, qu'il n'y ait pas d'autres cas ou d'homicide au sein de l'Amaranthine ce soir, elle devait faire en sorte que ça dure et que celle-ci soit assez distraite.

Encore une fois, elle devra interrompre ses investigations sur ses clients les plus prestigieux pour se concentrer sur un individu bien en particulier. Ce constat, cependant, n'était pas à ce point déplaisant : elle aurait probablement beaucoup à en apprendre sur elle.

Les conversations reprennent leur cours, la musique suivant après quelques secondes. L'ambiance revient à la normale, bien que les regards, furtifs, se dérogent de leur intérêt premier pour revenir sur la scène à quelques reprises, mais sans plus.

La jeune femme répond à son dernier commentaire par un qui lui fait froncer les sourcils, secouer négativement de la tête.

▬ Being used to it does not in any way excuse the behaviour, however. Do you mind if I join you?▬ Y être habituée n'excuse aucunement le comportement, par contre. Ça vous dérange si je m'assois avec vous?

Bien sûr que ça ne la dérangera pas, la question était purement rhétorique, une forme de politesse, bien que la réponse en elle-même lui semble déjà bien évidente, pour plusieurs raisons. Elle anticipait déjà une certaine reluctance qui se transformerait en une réponse à l'affirmative.


Revenir en haut Aller en bas
Käthe R. Falkenrath
avatar
jetons : 74
feat. : Mileena | Mortal Kombat
AUTRES COMPTES : Aucun
pouvoir : Mutation de la mâchoire
jukebox : The First Hunter - Bloodborne
crédit : Pitchounette

membre d'atlas
membre d'atlas

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Ven 29 Mai - 7:14


    J’hausse les épaules. Elle ne semblait pas satisfaite de ma réponse. C’était vrai, par contre, j’étais habituée à ce genre de réaction, maintenant, même si ça me faisait toujours chier parfois. La belle rousse me demande si elle peut s’assoir. J’ai envie de rire, est-ce qu’elle s’attend vraiment à ce que je dise non ? Une fille qui prend mon bord dans un conflit et qui a l’air aussi sexy que ça, j’dirais jamais non à ça. Jamais de ma vie.

    « Sure, you’re the boss anyways, are you not ? »
    vf:
     

    Je finis ma côtelette de porc en une dernière bouchée, l’engloutissant presque sans la mâcher. Je continue de manger mes légumes pendant qu’elle s’assoit. Je mange normalement, comme n’importe quel être humain. J’ai encore mes dents normales, dans ma bouche. Juste que j’en ai plus sur le côté. Comme tout le monde, j’imagine que la rousse est intéressée par ma mutation aussi. J’avais bien remarqué qu’elle regardait ma bouche de temps en temps. C’était pas énervant, par contre. Pas comme l’autre gars.

    Ça faisait longtemps que je n’avais pas bien mangé comme ça. Sérieusement, récemment tout ce que je me faisais, c’était rapide et pas très nourrissant. En plus, cet endroit était chic. Ça allait sûrement me coûter cher. Bof, avec l’argent gratuite que je m’étais faite, l’autre soir, je pouvais me le permettre. Je jette un regard à la rousse tandis que je continue de manger.


    « So I’m guessing you’re sitting here to talk about my mutation. »
    vf:
     

    Je la regarde droit dans les yeux, m’allumant une cigarette que je commence à fumer. Je savais bien que c’était ce qu’elle voulait. C’est toujours à propos de ma bouche. J’hausse les épaules et m’accote contre le dossier de ma chaise, pour être plus confortable.

    « Ask your questions. »
    vf:
     

    Quand l’ensemble des clients du cabaret n’était pas en train de me fixer le visage comme si j’étais un monstre de cirque, c’était vraiment chaleureux comme endroit. L’ambiance était juste bien à mon goût. En plus, la patronne est vraiment sexy. Je commençais à me demander si ça pouvait aller plus loin, ce soir. Ça faisait longtemps, la dernière fois. J’veux dire, elle n’avait pas l’air dégoûtée par mon apparence. Sinon elle m’aurait déjà probablement fait sortir. Ou bien elle ne faisait simplement que montrer du professionnalisme et elle était en train de se maudire parce qu’elle avait à faire avec une créature hideuse comme moi.

    Ouf, ça frappe dans l’estime de soi, un truc comme ça.

    Je pousse ces pensées de mon esprit, c’était pas important en ce moment. Peut-être que si je jouais bien mes cartes, ce soir, je pourrais finir dans un lit avec elle. Ou pas. Avec ma chance, elle allait être hétérosexuelle.

    Et chaste.


Revenir en haut Aller en bas
W. Anya Reznikova
avatar
You can run, but you can't hide.
jetons : 379
feat. : Red - Transitor
pouvoir : Mind Walk
modératrice - membre d'hélios
modératrice - membre d'hélios

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Ven 29 Mai - 8:12




Immaterial massage, pizzicato of the cortex.
Eh bien. Si elle s'était attendue à une certaine reluctance, là n'avait pas été le cas, bien au contraire. L'atout de la séduction y avait joué pour beaucoup, certes, mais, malgré que le résultat soit le même que celui escompté, ses pouvoirs de déduction n'étaient pas à leur meilleur.

Peu importe, ce serait pour une prochaine fois.

Wednesday offre un sourire à la dame face à son commentaire, avant de prendre place devant elle, alors qu'elle mange, plutôt normalement, ce qui, avec une telle mâchoire, pouvait sembler quelque peu complexe.

La mécanique de celle-ci restait cependant largement la même : une courte observation lui permettait d'en prendre conscience.

L'allemande est plus à l'aise qu'elle ne l'était quelques minutes auparavant. C'est déjà un début. Elle n'a plus d'envies meurtrières et semble bien détendue. Pour combien de temps encore allait durer cette interlude? Elle n'en avait aucune idée, mais elle espérait bien pouvoir garder cette façade de sa cliente pour le reste de la soirée. Dans un autre cas, ça pourrait devenir complexe.

Et la voilà qui émet des hypothèses, qui affirme qu'elle veut lui parler de sa mutation, tout en se repositionnant sur sa chaise, une position ouverte, ce qui faisait bien différent de la pose agressive qu'elle s'était donnée auparavant.

Suivent ses paroles des pensées loin d'être pures, qui font rire intérieurement la chanteuse. Elle? chaste? La pensée en elle-même était simplement ridicule. Elle ne peut compter tous les coups d'un soir – ou les plus répétitifs – seulement pour le bien de quelques informations, sans pour autant enlever le plaisir dans la chose; que ce soit des hommes ou des femmes. La seule pensée de se voir soudainement dans cette position est tout simplement risible.

Garder un visage neutre alors qu'on a accès aux pensées directes d'une personne est une chose complexe, mais faisable. Anya savait comment jouer à ce jeu: elle l'avait déjà fait à plusieurs reprises, avec plus d'une personne. Déjà, elle le faisait pour plusieurs choses. Ses années sous la tutelle de ses supérieurs, en Russie, lui avaient grandement bénéficiés.

Du même coup, il fallait beaucoup plus qu'une mâchoire monstrueuse pour l'impressionner ou la dégoûter.

▬ Nonsense. Even though I've got to admit it is quite an impressive mutation.▬ Pas du tout. Même si, je dois l'avouer, c'est une mutation impressionnante.

Et puis, ce n'est pas comme si elle n'avait pas la possibilité de tout savoir en quelques secondes, lors d'une escapade dans son esprit. Cependant, au risque de la mettre plus en colère qu'il ne le fallait, la vraie raison pour laquelle elle voulait lui tenir compagnie allait rester quelque peu confidentielle.

Elle pose ses mains sur la table, penchant son corps légèrement par-dessus celle-ci, soutenant le regard félin de la jeune femme, la tête légèrement penchée, un sourire flottant toujours sur ses lèvres, un air amical au visage.

▬ I actually wanted to know more about you, as an individual, rather than the one with a strange mutation. I don't believe we've been properly introduced. My name is Wednesday; proud owner of the Amaranthine and part-time singer on its scene. How may I address you?▬ En fait, je voulais en connaître plus sur toi, en tant qu'individu, plutôt que « celle avec une étrange mutation ». Je ne crois pas que nous avons réellement été présentées. Mon nom est Wednesday; fière propriétaire de l'Amaranthine et chanteuse à temps partiel sur sa scène. À qui ai-je l'honneur?



Revenir en haut Aller en bas
Käthe R. Falkenrath
avatar
jetons : 74
feat. : Mileena | Mortal Kombat
AUTRES COMPTES : Aucun
pouvoir : Mutation de la mâchoire
jukebox : The First Hunter - Bloodborne
crédit : Pitchounette

membre d'atlas
membre d'atlas

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Ven 29 Mai - 21:31


    Woah, elle parle vraiment mieux que moi. Elle a l’air de venir d’une grande famille riche, de la bourgeoisie ou quelque chose du genre. Moi j’ai l’air d’une paysanne à côté d’elle. Je me sens un peu embarrassée en y repensant, mais je ne le laisse pas paraître, soutenant son regard.

    À ma grande surprise, par contre, elle ne voulait même pas parler de ma mutation buccale. Wow. Une première, je crois. Toutes les personnes que j’ai rencontrées depuis que j’ai ça d’attaché sur la figure ne veulent que me parler de ma gueule. Est-ce que c’était possible que… La belle rousse soit vraiment juste intéressée à moi ? Nah, il y avait probablement autre chose. N’importe quoi, je sais pas.

    Intéressante n’était pas comment je qualifiais ma mutation. Chiante. Hideuse. Dégueulasse. Pas pratique. Laid. Voyant. Bien d’autres choses encore, mais pas intéressante. Toutefois, je ne sentais pas qu’elle me mentait, ça avait l’air sincère. Je continue de fumer, l’écoutant parler. Okay elle voulait en savoir plus sur moi. Moi. Et pas ma bouche. J’arrivais à peine à y croire. Elle me dit son nom, aussi, Wednesday et qu’elle est, effectivement, la patronne de la place. Je m’en doutais, mais c’était une bonne chose que je ne me sois pas trompé. Ça aurait pu être gênant avec ce que j’avais dit avant.

    Elle chante en plus, merde.

    Wednesday se penche vers moi, me donnant une si belle vue sur son décolleté que je ne peux m’empêcher de regarder pendant une fraction de seconde ou deux. Elle faisait exprès, c’était sûr. Okay, je commençais à penser qu’elle essayait de m’envoyer des signaux quelconques. J’étais toujours accotée contre ma chaise, mais l’envie de me pencher vers elle aussi était assez forte.


    « I’m Käthe. »
    vf:
     

    Je n’ai pas vraiment d’introduction à lui donner. Je suis sans emploi, je vends de la drogue à des gens louches le soir, je suis chez Atlas. Toutes des choses que je ne crierai pas au grand public dans un endroit comme celui-là. Je devrais peut-être essayer de trouver quelque chose à lui dire, au lieu de simplement mentionner mon nom.

    « I’m… German. I don’t really own anything. And I’m a terrible singer. »
    vf:
     

    Et je trouve que t’es vraiment belle. Je l’ai pas dit, mais bon, c’était quand même vrai. Que la vérité dans ce que je dis. Presque. J’ai mentis au jeune homme qui aaaah frisson.

    Au jeune homme qui a voulu coucher avec moi pour payer le 90 000 $ qui lui manquait pour son « Hydre en poudre ». Parce que j’avais besoin d’argent. Et ça m’avait bien rapporté, finalement. Donc ouais, des fois mentir, ça rapporte. Prenez notes, les enfants.

    Je finis par me pencher vers elle, appuyant mon menton contre mes deux mains serrées en poing, gardant une certaine distance entre nos deux visages. Maintenant que j’étais PRESQUE certaine qu’elle était intéressée à moi pour plus que simplement en savoir plus sur ma bouche, je n’allais pas me gêner à montrer mon intérêt aussi. Au pire, je pouvais toujours simplement m’en aller. Après avoir payé, bien sûr.

    J’étais pas si trou du cul que ça, quand même.


Revenir en haut Aller en bas
W. Anya Reznikova
avatar
You can run, but you can't hide.
jetons : 379
feat. : Red - Transitor
pouvoir : Mind Walk
modératrice - membre d'hélios
modératrice - membre d'hélios

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Sam 30 Mai - 7:27




Immaterial massage, pizzicato of the cortex.
Dis donc, il ne lui en fallait pas beaucoup.

Même en lisant les pensées des gens, il y avait quelques failles. Elle n'était pas allée s'aventurer assez loin pour prévoir ses réactions en vue des gestes qu'elle poserait. C'est d'une subtile surprise que de se rendre compte que son interlocutrice est à ce point intéressée par elle. Elle peut comprendre, cependant: elle le dit elle-même dans ses pensées, qu'elle écoute avec autant d'attention que ses paroles. Ça fait longtemps depuis la dernière fois. C'est un sevrage qui peut sembler fortement douloureux, en y pensant bien.

Et la voilà qui se présente. Käthe. Évidemment, ce nom n'avait rien d'anglais. La seule mention pouvait faire tourner des têtes et très possiblement offrir une reluctance en plus que celle de sa mutation, si ça n'était pas déjà fait par son fort accent. Suivant sa présentation viennent des pensées de ce qu'elle aurait pu dire, de ce qu'elle garde confidentiel. Vendeuse de drogue à Atlas, hmm?

Intéressant.

Anya sourit.

La voilà qui se remet à parler, ayant finalement trouvé quelque-chose à lui dire qui ne lui serait pas compromettant – même si, bien malgré elle, elle avait déjà tout révélé. Wednesday rit doucement à la dernière phrase de la jeune femme, un rire qui ne se veut aucunement méchant. Et je te trouve vraiment belle, a-t-elle pensé, et elle ne peut qu'en être doublement flattée.

Si elle n'avait pas eu accès à son esprit, elle aurait pensé qu'elle avait froid. Elle venait d'avoir un frisson, désagréable, à ce qu'il paraissait, et tout ça à cause d'un homme.

Clairement, elle était homosexuelle.

Si elle ne devait se limiter qu'aux femmes ou aux hommes, pour sa part, son monde s'effondrait.

Les différences sont parfois si fascinantes.

Elle redresse quelque peu sa tête, replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille.

▬ Well, it's a pleasure to make your acquaintance, Käthe. And I believe everyone has their strengths and weaknesses. I might be a good singer, but I wouldn't say the same for many other domains.▬ Eh bien, c'est un Plaisir de faire ta connaissance, Käthe. Et je crois que tout le monde a ses forces et ses faiblesses. Je suis peut-être une bonne chanteuse, mais je ne pourrais pas dire la même chose pour une tonne d'autres domaines.

Autant semblait-elle rester froide qu'elle s'ouvrait doucement à elle. Plus la conversation avançait, plus elle s'approchait. Toutes deux, maintenant, étaient face à face, leur visage à une distance respectable, la table entre elles. Leur position était aucunement fermée – ce qui était une plus grande avancée quant au but premier d'Anya. Elle n'allait pas être violente, fort heureusement.

▬ We rarely see Germans here. What brought you to Vegas?▬ Nous voyons que très rarement des Allemands ici. Quel bon vent t'amène à Vegas?



Revenir en haut Aller en bas
Käthe R. Falkenrath
avatar
jetons : 74
feat. : Mileena | Mortal Kombat
AUTRES COMPTES : Aucun
pouvoir : Mutation de la mâchoire
jukebox : The First Hunter - Bloodborne
crédit : Pitchounette

membre d'atlas
membre d'atlas

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Mar 2 Juin - 5:36


    Bon, okay, déjà je la fait rire. Des fois, ça prend juste ça, la seconde d’après c’est dans un lit. J’exagère. Tout de même, ça faisait vraiment longtemps que je n’avais pas passé du temps avec quelqu’un. Plus que quelques minutes pendant que l’autre personne m’achète de la drogue. Pas que ça me dérange, je suis plutôt euh… Solitaire, comme personne, mais c’est tout de même apprécié de voir que je peux quand même avoir des conversations avec des personnes autres que « aaaah un monstre » et « aaaah j’vais t’arracher la face ».

    Je l’écoute parler, attentivement, encore une fois. À chaque fois qu’elle parle, j’ai l’impression que c’est sincère. Qu’elle s’intéresse à moi. Ça fait du bien. Tellement que j’arrête pas de me le répéter dans ma tête, depuis tout à l’heure.

    Mes forces et faiblesses. En tout cas, les muscles de ma mâchoire sont probablement très forts. Je peux croquer dans pas mal n’importe quoi, avec mes dents. N’importe quoi de plus ou moins mangeable, pas un mur de brique ou du ciment. Ça serait stupide de faire ça, de toute façon, j’me casserais sûrement les dents. Ouch, je veux pas me ramasser chez le dentiste avec une telle bouche. Je finirais par lui arracher la main avec mes dents, sans faire exprès. Ou pas. Mes faiblesses, j’en ai beaucoup, mais c’est toujours plus facile de se trouver des faiblesses et des défauts que des qualités et des forces, non ?

    Puis, elle mentionne mes origines Allemandes. Je suis pas mal certaine qu’elle n’avait pas besoin que je lui dise que j’étais Allemande pour savoir d’où je venais. J’ai un gros accent et je le sais. J’ai encore de la difficulté avec certaines phrases, mais je me débrouille pas mal bien. J’avais appris l’anglais avec ma mère, surtout, mais à l’école aussi. Toutefois, je savais pas trop si j’avais vraiment envie de lui révéler la raison pourquoi j’étais venue aux États-Unis. En fait, j’le savais pas trop moi-même. Est-ce que c’était pour me venger de mon père, inconsciemment, qui était un Nazi stupide et qui s’était fait peut-être prendre ? Ou juste pour vivre autre chose ? Ou bien pour m’éloigner de ma mère, même si elle m’aimait beaucoup. Trop d’attention, je crois. Bref, je ne pouvais pas juste lui raconter tout ça. J’aurais l’air de quoi, à ne pas savoir pourquoi je suis à Las Vegas ?


    « Oh… You know, to live the “American Dream”. »
    vf:
     

    Je ris un peu. Ce n’était pas loin de la réalité, même si ce n’était pas totalement ça. J’aimais bien cette phrase, le « Rêve Américain ». Si vivre dans un appartement, presque pauvre et vendre de la drogue en faisant parti d’une gang était considéré comme un le « Rêve Américain », eh bien je pouvais fièrement dire que je le vivais.

    Si je le voulais, je pourrais probablement retourner en Allemagne, mais je sais pas vraiment si c’est ce que je veux. Je fais un mince sourire presque invisible en pensant à la réaction de ma mère en voyant ma nouvelle bouche. Elle penserait sûrement que le simple fait que je sois allée aux États-Unis m’a fait devenir le monstre que je suis aujourd’hui. C’est presque ça. Pour l’instant, je vis quand même bien. Un emploi serait apprécié, par contre, même si je doute pouvoir en trouver un. Un vrai, en tout cas. Je pourrais toujours devenir prostituée.

    Urgh non, jamais de la vie.


    « Were you born here, in Las Vegas ? »
    vf:
     


Revenir en haut Aller en bas
W. Anya Reznikova
avatar
You can run, but you can't hide.
jetons : 379
feat. : Red - Transitor
pouvoir : Mind Walk
modératrice - membre d'hélios
modératrice - membre d'hélios

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Ven 5 Juin - 6:40




Immaterial massage, pizzicato of the cortex.
C'est parfait. Elle est à l'aise. Elle est confortable. Elle a arrêté de s'en faire – elle est moins nerveuse. Ça lui permet d'avoir un contrôle plus direct sur son esprit, d'avoir une meilleure vision d'ensemble sur qui elle est, réellement. N'était-ce pas cela son intention, de la connaître elle, au-delà de sa mutation, au-delà de ce que les autres voyaient?

Mais Käthe semblait beaucoup plus intéressée qu'elle ne l'aurait cru au premier abord. Cette séduction s'était transformée en un jeu silencieux et subtil, et elle-même ne savait pas trop comment ça allait finir, outre l'objectif premier, qui avait été rempli. Faisait-elle que l'occuper jusqu'à ce qu'elle doive partir, ou cette discussion se transformerait-elle en autre chose?

Ça dépendrait probablement. Oui ; si elle avait autre chose à lui cacher, elle le trouverait fort probablement mieux avec une certaine proximité.

Anya était bien ancrée à son esprit, écoutant attentivement chaque afflux soudain, chaque changement de sentiment ou d'impression.

Si elles continuent à faire conversation comme ça, elles pourraient bien en arriver à quelque chose de concret. Elle pourrait soutirer des informations intéressantes à propos d'Atlas, même si… Elle semble bien basse dans la hiérarchie du gang, à première vue.

Elle devra creuser plus loin. Elle n'est peut-être pas la première, dans cette ligne d'information, mais elle n'est certainement pas la dernière, et non la moindre. N'importe quel petit filament peut servir à quelque chose. N'importe quelle petite information peut l'aider dans sa conquête des différentes factions.

Et voilà qu'après une réflexion qui semble infiniment longue, mais qui est pourtant très courte, elle répond, ayant, avant, bien évidemment élaboré en détails ses pensées. Elle était facile d'accès et ne représentait pas un défi – une personne totalement normale.

Une personne qui ne se doute de rien.

Oh, bien sûr. Le rêve américain. Ce fameux rêve inatteignable, ce rêve qu'ils vendent à la radio, à la télévision, dans les casinos. Dire que même les Américains avaient de la difficulté à le vivre n'était pas une chose vite dite. C'était une réalité bien crue qui broyait bien vite la notion du rêve et les embarquait tous dans une sempiternelle danse de la survie dans une société beaucoup trop capitaliste, si peu bienfaisante pour tous.

À cette réponse, Wednesday lève un sourcil, se permet de rire doucement en même temps que son interlocutrice. Elle pose une main sur sa joue, retenant sa tête, mais n'émettant pas une trop grande pression. Elle paraît toujours chaleureuse, charmée, peut-être, et ouverte. Son sourire ne quitte pas ses lèvres.

▬ Ah, of course. The famous, glorious American Dream. Vegas does make it look appealing, now, doesn't it? ▬ Ah, bien sûr. Le fameux, glorieux rêve américain. Vegas a le don de faire en sorte que ce soit attirant, n'est-ce pas?

Mais elle n'a certainement pas oublié la question qu'elle lui a posée. La sienne tenait encore une fois plutôt sur la rhétorique, Käthe n'avait pas besoin d'y répondre.

▬ As for myself, I'm not from Las Vegas. I'm actually from Wynne, born and raised. I came to Vegas only recently. It has been a few years, though, but I've been on the road quite a lot. ▬ Pour ce ui est de moi, je ne suis pas de Las Vegas. Je suis originaire de Wynne. Je suis venue à Vegas que récemment. Ça fait quelques années, par contre, mais j'ai fait beaucoup de route avant de m'y arrêter.

Wendesday a vécu une bonne partie de sa vie à Wynne, avec ses parents, avant qu'une bande d'amis et elle-même l'apportent dans un road trip autour des États-Unis, après tout. Ils auront parcouru plusieurs villes, performé sur quelques scènes, auront vu beaucoup de paysage. Ces amis lui servent de band, maintenant, mais personne ne pourrait bien douter de qui sont réellement ces gens.

Ou de la véracité des propos qu'elle pourrait tenir à propos de cette fausse identité.


Revenir en haut Aller en bas
Käthe R. Falkenrath
avatar
jetons : 74
feat. : Mileena | Mortal Kombat
AUTRES COMPTES : Aucun
pouvoir : Mutation de la mâchoire
jukebox : The First Hunter - Bloodborne
crédit : Pitchounette

membre d'atlas
membre d'atlas

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Dim 14 Juin - 8:37



    Toujours penchée vers elle, toujours en train de la fixer dans les yeux, je l’écoute parler. On aurait dit qu’on était en train de se faire un genre de jeu. Jeu de séduction ? Peut-être que c’était ça. J’avais aucune idée de ce qu’elle voulait, réellement, encore. Ou bien je le savais et je me posais beaucoup trop de questions. Normal d’être paranoïaque, un peu, non ? Je fais un petit sourire lorsqu’elle commente sur ce que je dis. Le « Rêve Américain ». Quand j’y repensais, ça sonnait tellement… Égocentrique. Et pour une Allemande née dans la Seconde Guerre Mondiale avec un père Nazi, c’était aussi ironique.

    Elle répond à ma question. Wynne… Je savais pas vraiment c’était où. Quelque part aux États-Unis, ça je le savais, mais exactement ? C’est tellement gros, les États-Unis, comparés aux pays de l’Europe, que des fois j’ai de la misère encore à croire que conduire pendant plus que deux heures n’est pas assez pour sortir du pays. Aller au Canada ou au Mexique. Je pense pas aller à ni un ni l’autre, dans ma vie. Je vois pas ce que j’irais faire là. Elle me dit aussi que ça ne fait que quelques années qu’elle est là. Plus que moi, en tout cas, on dirait.


    Not even one year for me.
    vf:
     

    Comme je lui ai dit, je suis débarquée aux États-Unis il y à moins qu’un an. Je m’étais trouvé un petit emploi, puis j’ai essayé l’Hydre (pire erreur de ma vie) et évidemment que j’ai perdu mon travail. Qui garderait un fille avec une bouche comme la mienne pour travailler au service à la clientèle. Et pas le droit de me cacher le visage non plus. Urgh. Atlas m’avait recruté. J’avais pas besoin de faire des grosses choses pour eux non plus. Juste vendre de la drogue, avoir un peu d’argent pour mon appartement, ma nourriture, du linge et quelques loisirs de temps en temps. Je vivais… Correctement. Bon, c’est sûr que le 10 000 $ gratuit que je m’étais fait l’autre soir m’avait bien aidé. Peut-être que j’allais monter un peu ? Je détesterais pas ça, sérieusement. Ça me permettrait peut-être de mieux vivre.

    Argh, j’ai quelque chose de pris dans les dents. Dans mes dents d’extra. Je me repositionne contre le dossier ma chaise, utilisant mon ongle pour essayer de gratter ce qui est coincé là, entre mes dents de mutante. Ça me prend quelques secondes avant de l’avoir. Un morceau de côtelette de porc. Je le mange, rapidement. J’ouvre et ferme ma bouche lentement, plus par réflexe ou tic nerveux qu’autre chose. Quelque chose que j’ai débloqué avec le temps. Je me remémore ma première soirée où j’ai pris de l’Hydre, la mutation, la douleur sur mon visage, j’étais certaine que j’allais mourir. Que mon visage fondait. Je n’étais pas loin, mais bon. Je regarde Wednesday, encore une fois. Est-ce que j’osais poser la question qui me trottait dans la tête, depuis un bout ? Est-ce que je me risquais ? Je pouvais simplement m’en aller, si elle me disait non, aussi, donc bon…


    « Do you… Want to go somewhere more private ? »
    vf:
     

    Je continue de fumer ma cigarette, attendant sa réaction. J’avais carrément oublié que je savais pas du tout si elle était intéressée aux filles ou non. C’était peut-être un peu trop vite, aussi. Urgh je suis trop en manque, récemment. Je devrais juste me payer une prostituée ou quelque chose. Ça fait tellement longtemps que j’ai pas eu de vraies interactions humaines amicales et respectueuses, ça me fait tout bizarre. De toute façon, aller quelque part de plus privé ne voulait pas dire automatiquement baiser… non ? Cet endroit était déjà pas mal privé, avec les tables espacées, mais même si elle avait clairement fait signe aux autres d’arrêter de me fixer comme un monstre de cirque, je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir regardée de tous les côtés. Probablement plus de la paranoïa qu’autre chose. Ou peut-être pas.


Revenir en haut Aller en bas
W. Anya Reznikova
avatar
You can run, but you can't hide.
jetons : 379
feat. : Red - Transitor
pouvoir : Mind Walk
modératrice - membre d'hélios
modératrice - membre d'hélios

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Jeu 18 Juin - 17:09




Immaterial massage, Pizzicato of the cortex.
À bien y penser, Käthe semble étaler ses réflexions plus qu'elle ne l'aurait pensé, ce qui n'est pas une mauvaise chose. Elle est à l'aise, elle est… Intéressée, si on peut le dire ainsi.

Elle était donc ici depuis un an – et n'avait pas eu la vie facile, depuis, mais confiait à elle-même qu'elle avait gagné, assez stupidement, une grande somme d'argent, qui lui permettrait peut-être de monter dans les rangs du gang.

Intéressant.

Elle devrait probablement suivre cette histoire de plus près.

Et c'est à ce moment qu'elle sent le crescendo dans l'esprit de la brune, quelques secondes à peine avant que sa fatidique question ne fuse. Une question qui aurait pu prendre n'importe qui par surprise, somme toute, mais qui, dans cette situation, paraissait bien normale.

C'était tout de même assez hâtif, sachant ses motivations ultérieures.

Paraître idiote, non – paraître simplement normale, jouer à l'innocente, jouer à celle qui n'a rien vu, qui n'a rien entendu – elle y était habituée. Assez pour que Wednesday, lorsque la question fuse des lèvres de l'Allemande, cette question pleine de sous-entendus, fronce les sourcils, penche doucement la tête, la confusion se peignant sur son visage doucement.

▬ More private ?▬ Plus privé?

Les derniers mots sont répétés à l'interrogative, laissant une pause alors qu'elle baisse les yeux, seulement pour les reposer, ensuite, sur l'intéressée.

▬ Oh – of course.▬ Ah – bien sûr.

Les regards des clients, à la dérobée, se font toujours présents entre les tables espacées du cabaret. Les pensées fusent de partout. On se demande pourquoi Wednesday accepte de telles atrocités dans son cabaret, on se demande si les regards sont justifiés, si la réaction était justifiée. On se demande un bon nombre de choses, en somme, des questions dérangeantes, des pensées qui le sont encore plus. Käthe était chanceuse de ne pas entendre ce que les gens scandaient dans leurs esprits.

Wednesday se redresse un peu, un sourire retournant sur ses traits, sourire professionnel, bien évidemment, qu'elle adresse à tous comme le souci de bien paraître. D'aller ailleurs permettrait d'en savoir plus, peut-être sur ses intentions plus loin cachées, celles qui ne se révèlent qu'après une analyse plus approfondie, quand l'esprit est distrait, ou plus calme – surtout pour ceux qu'elle n'a jamais encore visités.

De l'emmener loin de la vue des clients rehausserait non seulement sa confiance, mais aurait aussi pour effet de la calmer et de faire en sorte que rien ne se passe de drastique dans l'établissement. De même, les clients eux-mêmes se sentiraient plus en sécurité sans son illustre – et intimidante – présence. Elle ferait ainsi d'une pierre deux coups – et de s'éloigner, pour ce soir, des nombreuses têtes présentes à l'Amaranthine n'aurait pas un grand impact.

Étrange comment, dans les dernières semaines, elle en avait vu de toutes les sortes, ici. Étrange comment l'influence de ces étranges personnages pourrait avoir un grand impact sur quelque chose dont le contrôle lui échappe.

Pourtant, rien ne semble avoir de lien. Les évènements sont disparates et sont complexes. Les gens qui passent l'Amaranthine sont divers, mais, même dans toutes ses années ici, c'était bien la première fois qu'elle croisait autant de personnes différentes en un mois à peine. D'abord, la vampire, suivant celle-ci celle qui s'était infiltrée dans sa tête, puis, maintenant, elle, elle et sa bouche déformée, mutée pour ressembler à des canines animales, remplaçant ses joues.

▬ Are the clients still bothering you? There are a few spots that are more private here, upstairs, for one.▬ Les clients te dérangent-ils encore? Il y a quelques endroits plus intimes, ici, comme sur le balcon.

Wednesday pointe un balcon, qui ne semble contenir que quelques places et qui donne une très belle vue sur la scène.

▬ But since you seem to be done with your food – and I would hate to postpone our conversation on such haste – the most private place I could offer would be my office. ▬ Mais, considérant que tu as fini de manger – et je détesterais mettre fin à une conversation aussi directement – l'endroit le plus privé que je peux offrir serait mon bureau.

Sur ces mots, elle fait un mouvement de main en direction dudit bureau, retournant ensuite son regard vers l'intéressée. Si ses intentions n'étaient pas les mêmes qu'elle, ce qu'elles n'étaient clairement pas, la situation pourrait prendre une tangente insoupçonnée.

Mais elle était bien prête à prendre le risque.


Revenir en haut Aller en bas
Käthe R. Falkenrath
avatar
jetons : 74
feat. : Mileena | Mortal Kombat
AUTRES COMPTES : Aucun
pouvoir : Mutation de la mâchoire
jukebox : The First Hunter - Bloodborne
crédit : Pitchounette

membre d'atlas
membre d'atlas

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé Lun 22 Juin - 6:15


    Le temps semblait long entre les secondes où j’avais posé ma question. J’étais certaine qu’elle allait juste me dire non. Je m’en attendais. J’étais bien trop pressée, j’avais juste ça dans la tête en ce moment et j’étais certaine qu’elle me voulait autant que je la voulais. Mais probablement pas, j’étais juste… Privée depuis au moins 6 mois ? Quelque chose comme ça. Depuis que j’ai pris de l’Hydre. J’ose à peine me montrer en publique, sauf aujourd’hui où j’avais décidé que rien ne pouvait me déranger. Bien sûr, j’avais échoué et j’avais presque sauté à la gorge d’un autre client du cabaret, plus tôt. Je m’applaudirais, si je le pouvais.

    Et puis elle m’a dit oui. « Bien sûr », pour être exacte. Je suis restée un peu surprise. Wow. Même moi, dans mon état « normal » où je n’aurais pas été sexuellement privée, comme ça, je n’aurais probablement pas dit oui à une demande comme je venais de faire. Ou bien je me faisais VRAIMENT des idées et c’était pas du tout pour ça qu’elle acceptait d’aller ailleurs ? Urgh, je me décourage moi-même, sérieusement.

    Elle me demande aussi si les clients me dérangent toujours, et j’en regarde quelques-uns, serrant les dents et grognant un peu.


    « Kinda. »
    vf:
     

    Je regarde où elle pointe, un balcon. Non, d’accord, c’est moi qui se faisais des idées sur les intentions que Wednesday avait envers moi…. Okay là elle mentionne son bureau ? Est-ce que je perçois des signaux ? Je sais tellement plus comment ça fonctionne, ces trucs-là. Ça fait trop longtemps. Je sens mon cœur s’activer un peu, déjà à la pensée que. Ouais.
    Je ne laisse rien paraître, par contre, mes yeux mutés fixant l’endroit où elle pointait, son bureau.


    « Yeah… I think going to your office would be a good idea. »
    vf:
     

    Est-ce que c’est vraiment en train d’arriver ? Non j’me fais encore des idées. C’est pas possible. Pas avec la face que j’ai. J’vais probablement devoir donner le 10 000 $ que j’ai chez moi à une prostituée pour qu’elle couche avec moi. Personne dirait non à 10 000 $. Sérieusement. Même avec une bouche comme la mienne… non ? J’espère vraiment avoir une promotion quelconque, avec cet argent-là.

    Je me lève, doucement. Je ne peux m’empêcher, encore une fois, de lui jeter des regards vers sa poitrine, sentant des frissons dans ma nuque. Ça m’en prend vraiment pas beaucoup, aujourd’hui. Urgh, je me décourage, sérieusement. Je sais même pas encore si elle est lesbienne. Wow. Je viens de prendre conscience de ça. Ça serait gênant, si je m’essayais et qu’elle me rejetait parce qu’elle est hétérosexuelle. J’attends qu’elle se lève, lui souriant. Même si la soirée ne se finissait pas comme je le voulais, j’étais quand même heureuse d’avoir pu… Communiquer normalement avec quelqu’un. Une vraie conversation….. J’espérais quand même que ça allait finir comme je le voulais. Dans le bureau. Haha. Oof.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥ rédigé


Revenir en haut Aller en bas
 

Emptiness took my hand to ease me ~ Anya ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Second Hand Rabbit - How to Setup
» God Hand
» Wavrin 2 - Espace Hand Pevele
» Check this hand cause I'm marvelous !
» Contre Espace Hand Pévèle...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble & Decadence  :: The Amaranthine Cabaret-